samedi 13 mars 2010

Jean Ferrat est mort

A mon âge, on voit peu à peu ses points de repère disparaître. Jean Ferrat était de ceux-là. J'ai toujours apprécié ses chansons et sa cohérence dans un parcours où pas mal de portes se sont fermées parce que "celui qui ne chantait pas pour passer le temps" ne la fermait pas. Déjà avec "Les cadets de la chanson" que je dirigeais, plusieurs de ses compositions étaient à notre programme. Idem plus tard avec "L'Emilienne". Et quand je prenais la guitare pour le plaisir, avec des amis ou avec des groupes de jeunes ou d'adultes, Potemkine, La montagne, Nuit et brouillard, Camarade, C'est beau la vie... faisaient toujours partie du répertoire. 

Mais à l'heure où tous les médias vont "l'honorer" à grand renfort d'éloges alors que ses disques étaient "oubliés" des programmateurs, il serait dommage de ne pas redécouvrir aussi ses chansons plus récentes, moins connues mais tout aussi émouvantes. Parmi elles, il en est une qui me touche chaque fois que je l'entends. Un portrait de société pudique et pourtant terriblement réaliste sur la place des "vieux" dans notre vie d'aujourd'hui. Je ne résiste pas à en offrir les paroles à tous ceux qui ne la connaissent pas.

Tu verras tu seras bien

J'aurais bien voulu te prendre
Avec nous comme autrefois
Mais Suzy m'a fait comprendre
Qu'on est un peu à l'étroit
Il faut être raisonnable
Tu ne peux plus vivre ainsi
Seule si tu tombais malade
On se ferait trop de souci

Tu verras tu seras bien

On va trier tes affaires
Les photos auxquelles tu tiens
Celles de papa militaire
Des enfants et des cousins
C'est drôle qu'une vie entière
Puisse tenir dans la main
Avec d'autres pensionnaires
Vous en parlerez sans fin

Tu verras tu seras bien

Oui je vois le chat s'agite
On ne trompe pas son instinct
Mais il oubliera très vite
Dès qu'il sera chez les voisins
T'auras plus de courses à faire
De ménage quotidien
Plus de feu en plein hiver
T'auras plus souci de rien

Tu verras tu seras bien

Ton serin chante à tue-tête
Allons maman calme-toi
Oui le directeur accepte
Que tu le prennes avec toi
Y a la télé dans ta chambre
En bas y a un beau jardin
Avec des roses en décembre
Qui fleurissent comme en juin

Tu verras tu seras bien

Et puis quand viendra dimanche
On ira faire un festin
Je me pendrai à ta manche
Comme quand j'étais gamin
Tu verras pour les vacances
Tous les deux on sortira
Là où l'on chante où l'on danse
On ira où tu voudras

Tu verras tu seras bien


Pour découvrir d'autres textes : Paroles de chansons